Grandes Entrevues

Spécialité québécoise, le mouvement coopératif se révèle l’une des meilleures armes contre les dérives de la financiarisation de l’économie, particulièrement dans un secteur aussi névralgique que l’agriculture, affirme le chef de la direction de la Coop fédérée, Claude Lafleur.
S’il se montre relativement optimiste devant les perspectives à long terme de l’économie américaine, la montée des puissances émergentes ou encore les chances de voir tomber de nouvelles barrières commerciales entre les nations, James Baker estime que les politiciens de son pays doivent d’urgence réapprendre à travailler de concert. Par-dessus tout, celui qui est aujourd’hui conseiller en matière de politique étrangère du candidat républicain Mitt Romney nous met en garde contre cette véritable bombe à retardement qu’est la dette publique.
Il semble que le gaz naturel soit appelé à demeurer la source d’énergie majeure de ce siècle et du suivant. Et que, dans un après-pétrole avec moins de nucléaire, cette énergie fossile occupera une place dominante dans l’offre énergétique mondiale, en complémentarité avec les énergies renouvelables.
Le Canada est loin de déployer assez d’efforts pour profiter de l’extraordinaire ascension économique de l’Asie, déplore le grand patron de McKinsey & Company, Dominic Barton. Il serait pourtant très bien placé pour le faire.
Ce printemps, ils ont été de toutes les tribunes et de tous les débats. Ils font partie de la génération qui, demain, sera aux commandes du Québec. Nous connaissons leurs positions sur les droits de scolarité, mais que pensent les leaders étudiants de l’avenir économique du Québec ? FORCES leur a posé la question.
« Là où l’inconscience et l’absence de responsabilité ont entraîné la crise, nous n’autoriserons pas un retour aux pratiques bancaires antérieures. » C’était la résolution qu’avaient prise les dirigeants du G20 à Pittsburgh le 25 septembre 2009. Mais aucun signataire ne s’y est tenu aussi fermement que l’Union européenne.
Entrevue avec Erh-fei Liu, de la Bank of America Merrill Lynch.
Prix Nobel d'économie, Joseph Stiglitz voit noir
Le cri d'alarme de l'ex-président de la Commission Européenne. Jacques Delors : l'euro et l'Europe au bord du gouffre
Tooryalai Wesa a vécu 13 ans au Canada avant d'accepter, en décembre 2008, de retourner en Afghanistan à titre de gouverneur de la province de Kandahar. Kandahar, là où les soldats canadiens étaient stationnés jusqu'en juillet dernier. Les soltats sont partis, lui est resté.
Il a participé au premier repêchage de l’épave du Empress of Ireland dans les années 1960, détenu un record mondial de vitesse en hydroglisseur, présidé aux destinées de Québecair et de Corpex, ouvert un théâtre Place Ville-Marie et dirigé la Galerie du Siècle, tremplin d’une cohorte de peintres aujourd’hui célèbres… Le parcours d’Aubert Brillant se lit comme un récit d’aventures qui se termine par une réussite dans les sports équestres, loin des projecteurs.

Pages