Société

Forces a rencontré l’anthropologue, auteur et animateur Serge Bouchard, récipiendaire du prix littéraire du Gouverneur général 2017 pour son recueilLes yeux tristes de mon camion. Il y est question de déboulonnage de statues, de réécriture de l’histoire et de la juste place qui doit revenir aux Premières Nations. 
Après une carrière dans les domaines culturel et associatif suivie d’une courte expérience en politique, cette féministe militante et souriante de 43 ans s’est lancée dans l’arène municipale en tant que chef de parti, cap sur la prise en main des rênes de la cité. Contre toute attente, à l’issue d’une campagne électorale étincelante, Valérie Plante est devenue la première mairesse de Montréal en plus de 375 ans d’histoire, et la seule femme à la tête d’une métropole nord-américaine. Parmi les défis à relever pour cette « guerrière joyeuse » au cours des quatre prochaines années : reverdir sa ville,  et y développer les transports en commun, tout en relevant les défis économiques de la métropole québécoise. Pour sa vision d’une cité plus verte, son ambition des grands projets et sa passion pour l’engagement citoyen, Valérie Plante est la personnalité de l’année de Forces pour 2017.
Par Yann Fortier   Vidons le panier de clichés : la reporter Marie-Eve Bédard est plus menue qu’à la télé. Quand nous apprenons qu’elle a 41 ans, nous voilà interloqués. Complice au travail comme dans la vie, le caméraman, monteur et réalisateur Sylvain Castonguay a quant à lui l’allure un brin mercenaire : de ceux qui ont les réflexes alertes, l’intelligence agile, l’étincelle dans le regard. 
La rentrée à la télévision de Radio-Canada Par Pierre Maisonneuve
Par Nelson Michaud En juin dernier, lors de la 23e édition du Forum économique international des Amériques – Confé--rence de Montréal, les médias québécois ont accordé peu d’importance à « l’Appel de Mont-réal ». Pourtant, cette résolution prise à la clôture du Forum est une initiative sans précédent. En effet, elle vise à réunir sur une même tribune, à l’invitation de la Francophonie, les quatre secrétaires générales d’organisations internationales rassemblant des États partageant la même sphère linguistique et culturelle : la Francophonie, le Commonwealth, le Secrétariat général ibéro-américain et la Communauté des pays de langue portugaise, soit les quatre principales régions linguistiques des Amériques. L’assemblée était donc justement choisie. Le but des instigatrices : lancer un appel en vue d’un « humanisme mondial ». Il peut être intéressant de s’arrêter et de réfléchir à la portée d’un tel geste. 
Ils sont amusants, ils sont beaux, ils sont extrêmement populaires. Ils peuvent gagner beaucoup d’argent. Mais si vous avez plus de 30 ans et que vous n’avez pas d’ado, il est fort possible que vous ne les connaissiez pas ! Bienvenue dans le monde des YouTubers. Par Martine Letarte
Celui qui fut près de 18 ans maire de Westmount, Peter Trent, a tiré sa révérence en avril. Les Québécois se rappelleront notamment le champion antifusions forcées des municipalités et l’artisan des défusions. Mais l’on se souviendra aussi de lui pour ce qu’il n’a pas fait : dans une décennie marquée par le trafic d’influence et le magouillage des maires, le nom de Peter Trent n’a été associé à aucun scandale. Alors qu’il vient de passer le flambeau à sa successeure, il livre ses réflexions sur la politique, la corruption, et l’avenir de Montréal. Par Stéphanie Marin
Par Paul Therrien « Maîtres chez nous ». Cette phrase symbolique lancée par Jean Lesage lors des élections de 1962 résumait la promesse de la nationalisation de l’électricité, aujourd’hui l’une des plus grandes richesses et source d’énergie durable à bas prix. Mais cela n’empêche pas certains de rêver d’un avenir où leur maison serait « débranchée » du réseau. Autosuffisants chez nous ? C’est possible… à certaines conditions. Comme dans les autres sociétés fortunées, l’intérêt des Québécois pour l’énergie solaire est indéniable. L’idée d’avoir le rayonnement du soleil comme source principale d’électricité enchante, avec raison… La facture d’installation des panneaux solaires photovoltaïques (PV) baisse de 10 % par an et la technologie ne cesse de s’améliorer, s’intégrant parfaitement aux habitations « intelligentes ». En fait, la construction d’une maison verte est pratiquement inimaginable sans le solaire. 

Pages